Lettre d'une auditrice à Marcolichinelle ...

Nous nous devions de publier ce droit de réponse de Georgie Durosoir (membre bienfaitrice de l’Association Bélusienne pour la Sauvegarde de la Pratique de l’Air de Cour en Milieu Rural) à la récente harangue de Polichinelle publiée sur notre site.


Cher Orateur des Marionnettes,
Votre message m’a beaucoup touchée, moi qui ai tant vécu parmi les héros imaginairement réels et réellement imaginaires qu’a produits le génie artistique depuis des siècles. Moi qui ai eu la chance de vous rencontrer, et même, au siècle dernier, de faire un petitmodestedélicieux spectacle sur les airs de Moulinié que vous chantiez avec Sophie Landy ; c’était à Nanterre ; vous en souvient-il ? Même si non, je vous pardonne car votre fantaisie a vogué à travers toute la planète, créant partout des spectacles bien plus fabuleux…
Je suis attristée que tant de forces occultes se soient coalisées pour attenter à la joie de vivre de votre bel Faenza – qui survit malgré tout et reviendra longtemps narguer les ignares qui vous ont volé les petits sous qui vous permettaient de jouer plus nombreux.
Cher Marcolichinelle, je vois bien la tristesse qui se faufile derrière votre esprit jaillissant de drôlerie. Les sinistres n’ont qu’à bien se tenir ! Ils sont informés que vous ferez, encore et toujours, à leur nez et à leur barbe, des spectacles rieurs et goûteux, tendres et grinçants, insolents et spirituels, même à deux aphonesaffairésfantochesfantaisistes, car vous demeurez des faiseurs de miracles.
Ma planète est lointaine, tout en bas à gauche de la carte de France ; ma carte du tendre sillonne les chemins de la musique, de la belle nature, de la musique, du théâtre, des amitiés, de la danse contemporaine, de la musique. Elle s’élargit parfoisouvent loin de ses frontières quotidiennes (bientôt en Italie), mais ne me permettra pas d’être en Avignon en juillet. Mais ma carte du cœur vous suit à travers les chemins virtuels où vous apparaissez magiquement, d’un seul clic.
Je vous millembrasse
Georgie
 

Région Champagne Ardennethéâtre Louis JouvetDRAC

Lettre d'infos

Translations by Sally Gordon Mark

Design by pierO'n Mu Graphistes · Web by KWC · © 2017 Faenza