Concerto Madrigalesco de Ercole Bernabei

Un grand musicien tiré de l'oubli
concert

Brochures et fiches techniques

Vidéos

Voir la vidéo
Voir la vidéo
Voir la vidéo

Originaire de Caprarola, Bernabei avait d’abord été l’élève d’Orazio Benevoli, maître de musique des plus réputés, avant d’entrer en 1653 à Saint-Louis des Français en tant qu’organiste puis d’y devenir maître de chapelle, de 1667 à 1672. En 1672, il fut nommé maître de chapelle de la Cappella Giulia à la cour pontificale. Il quitta ses fonctions au Vatican au bout de deux ans pour se rendre à la cour de Munich auprès de l’Électeur Ferdinando Maria de Bavière, où il succéda à Johann Kaspar Kerll et où il resta jusqu’à sa mort, en 1687. Le Concerto madrigalesco a tre voci diverse, dédié à Flavio Orsini, duc de Bracciano, constitue l’une de ses œuvres les plus originales.

Ce titre exprime d’emblée l’ambition de Bernabei : fournir à son lecteur – et donc aux auditeurs potentiels – des madrigaux poétiques mis en musique dans le style moderne concertant. Ces pièces se caractérisent par un expressionnisme intense et exacerbé, une virtuosité vertigineuse qui fait exploser les tessitures classiques des voix et une mise en valeur de chaque voix par des passages solistes. Dans ce véritable dialogue entre la prima et la seconda prattica (chère à Monteverdi) les références au style ancien sont omniprésentes : contrepoint simple, nombreuses imitations contrapuntiques, dissonances nombreuses, exploitation démonstrative de la rhétorique des passions en musique.

Bernabei fait preuve d’un esprit novateur : il recourt à un contrepoint à trois voix typique des années 1660, en nette évolution par rapport aux compositions de la période précédente. Loin d’être conservatrice, sa musique pousse la technique vocale dans ses limites. On ne peut qu’être touché par les mélodies qu’il invente, d’une flexibilité extraordinaire. Au yeux du claveciniste Frédéric Michel, qui a réalisé les transcriptions pour ce programme, Bernabei est un grand compositeur, dont l’œuvre mérite pleinement d’être aujourd’hui ressucitée.

En construisant notre programme autour de textes de Malleville, de Malherbe ou de Voiture, qui tous figurent dans le recueil de l’italien Corbinelli, nous avons voulu rendre hommage à l’esprit de jeu qui était l’un des socles du processus galant de sociabilité, où la culture devait être divertissement et permettait d’apporter de la joie à la compagnie.

 

 

 


 

Madrigaux de Ercole Bernabei, pièces instrumentales de Angelo-Michele Bartolotti, Bernardo Pasquini, Alessandro Scarlatti, Alessandro Stradella.

Myrial Arbouz : soprano
Marine Fribourg : mezzo-soprano
Constantin Goubet : ténor
Francisco Mañalich : ténor et basse de viole

Nicolas Brooymans : basse
Aude-Marie Piloz : viole
Charles-Edouard Fantin : archiluth et guitare baroque
Matthieu Boutineau : clavecin  

Marco Horvat : théorbe et direction

Suivez-nous

Région Champagne Ardennethéâtre Louis JouvetDRAC

Lettre d'infos

Translations by Sally Gordon Mark

Design by pierO'n Mu Graphistes · Web by KWC · © 2017 Faenza