Il Giardino di Giulio Caccini

Monodie italienne

«Ils me dirent n'avoir jamais, jusqu'alors, entendu de musique pour une voix seule, sur un simple instrument à cordes, qui eût si grande puissance à émouvoir les passions de l'âme.»
                      Giulio Caccini, Le Nuove Musiche, 1602

Giulio Caccini fut avant tout un grand chanteur. Toute sa vie, il chercha à affiner son art afin qu'il réponde à son idéal d'homme de la Renaissance. Il fallait que le chant puisse toucher directement le cœur des hommes, leur faire vivre intérieurement toutes les passions, dans un engagement total. Pour arriver à pareil résultat, Caccini n'hésita pas à détruire tout l'édifice du contrepoint médiéval, que personne n'avait osé toucher avant lui. Ce mouvement proprement révolutionnaire eut des résultats foudroyants, et une influence énorme en Europe. Caccini aimait chanter seul, s'accompagnant lui-même sur le chitarrone, instrument inventé spécialement à cet effet à la fin du XVIe siècle. Cette manière de faire était selon lui la seule qui permît au chanteur de se libérer de toute contrainte, rythmique ou contrapunctique, afin d'atteindre une liberté totale d'interprétation. Dans cet art du chant au chitarrone, la musique n'est rien d'autre qu'un prolongement du discours, dotée de la même souplesse et de la même force de persuasion.

  • Musiques de Giulio Caccini, Francesca Caccini, Bellerofonte Castaldi, Girolamo Kapsberger, Carlo Milanuzzi, Guglielmo Miniscalchi, Enrico Radesca di Foggia, Giulio San Pietro de' Negri.
     
  • Olga PITARCH : chant
  • Marco HORVAT : chant, théorbe, guitare, lira
  • Charles-Edouard FANTIN : théorbe, guitare baroque
  • Magali IMBERT : flûtes et percussions

Suivez-nous

Région Champagne Ardennethéâtre Louis JouvetDRAC

Lettre d'infos

Translations by Sally Gordon Mark

Design by pierO'n Mu Graphistes · Web by KWC · © 2017 Faenza