Le Voyage d’Anne de La Barre au Septentrion

Récital de Lucile Richardot
concert

Brochures et fiches techniques

En raison de sa vie peu commune et de la littérature qu'elle a suscitée, Anne Chabanceau de La Barre (1628-1688) fut certainement la plus célèbre chanteuse du XVIIe siècle. Née dans une illustre famille de musiciens (Joseph Chambanceau de la Barre était son frère), l’une des premières femmes à faire partie de la musique de la Chambre du Roi Louis XIV, sa renommée dépassa les frontières pour s’étendre en Europe jusqu’aux lointaines cours scandinaves.

Elle fut « courtisée » par les plus grands : Christine de Suède, le Prince et la Princesse d’Orange Nassau, Béatrix et Charles IV de Lorraine, Elisabeth de Bohème, Sophie Amalie von Braunschweig et son époux Frederik III du Danemark, Wilhelm VI de Hesse-Kassel ...

Comme le raconte Lisandro Abadie dans un article pour la Société Française de Musicologie elle fut, comme Descartes, invitée par la reine Christine à se rendre en Suède autour de 1647. Constantijn Huygens, secrétaire du Prince d’Orange et compositeur, lui proposa alors de s’arrêter à La Haye. Anne prit la route en 1652 et son départ fut chanté par des poètes épris de ses charmes, comme Tristan l’Hermite ou Jacques de Gouy. Accompagnée de son frère Joseph Chabanceau, compositeur renommé, elle passa à Anvers, La Haye, Kassel et Copenhague, où les plus grands firent en sorte de la recevoir et de l’entendre. Elle rentra à Paris en 1655, où son retour fut aussi célébré que le fut son départ.

La beauté de sa voix et celle de son visage fut chantée par les grands poètes de son temps. Devant elle, les esprits « balançaient si leurs oreilles estoyent charmées par la beauté de sa voix ou les yeux par celle de son visage. » Elle connut et fréquenta Molière, Lully, Boesset, la famille Duarte, Luigi Rossi, Francesco Cavalli, Tristan l’Hermite et surtout Constantijn Huygens, secrétaire du Prince d'Orange, homme d’état, figure centrale des lettres hollandaises et compositeur :

« Mais, si je suis prophète, et si dire je l'ose,

Il naistra du débat dans le Septentrion,

A qui triomphera de la possession


De ta chère presence, et, si bien je raisonne,


Tu brouilleras la paix de couronne à couronne. »

Ce programme fait la part belle au répertoire d’Anne de la Barre, qui chantait aussi bien le français que l’italien et le latin.

  • Musiques de Joseph Chabanceau de la Barre, Antoine Boesset, Francesco Cavalli, Constantijn Huygens, Michel Lambert, Jean-Baptiste Lully, Luigi Rossi
  • Textes de Constantijn Huygens, Tristan l’Hermite, Jean Loret
  • Lucile Richardot : chant
  • Francisco Mañalich : chant, basse de viole
  • Marco Horvat : chant, guitare baroque, théorbe
  • Matthieu Boutineau : clavecin
  • Caroline Lieby : harpe
  • 2 violons

Suivez-nous

Région Grand Est DRAC

Lettre d'infos

Translations by Sally Gordon Mark

Design by pierO'n Mu Graphistes · Web by KWC · © 2017 Faenza