Nouvel album de Faenza : Amorosa Fenice (Giulio San Pietro de’ Negri)

« On est très vite frappé par la richesse d’invention de ce compositeur largement inconnu, qui fait de lui l’égal des plus grands parmi ses contemporains. La plupart des airs retenus sont tirés de ses deux volumes connus de Grazie ed affetti (1613-14). Il y a dans toute cette musique quelque chose de vif, de bondissant, de quasi printanier. Et même quand ce n’est pas la joie que respirent ces airs, le frémissement n’en est pas moins présent. La diversité des associations voix / instruments assure une variété constante d’une plage à l’autre de ce disque, dont chaque nouvelle écoute est source de ravissement. »

Laurent Bury, Music-opera.com, 6 Octobre 2014

« L'ensemble Faenza s'impose d'emblée par sa diction précise, sa volubilité, la souplesse vocale, l'équilibre entre voix et accompagnement, son sens du dialogue entre chant et instruments; également par la virtuosité des instruments (flûte...) et, d'une manière générale, son souci de la traduction musicale figuraliste précise des images et des sentiments du texte. »

Édith Weber, L'Education Musicale octobre 2014 

Acheter:

Consulter la page consacrée au programme Amorosa Fenice

Sortie cet automne chez agOgique du CD Amorosa Fenice, consacré à la redécouverte de l’œuvre de Giulio San Pietro de’ Negri dans le CD.

Parmi toutes les figures, fascinantes mais aujourd’hui quelque peu oubliées, qui peuplèrent le monde de la monodie italienne du premier XVIIe siècle, Giulio San Pietro de’ Negri est probablement l’une des plus intéressantes. Il publia au moins onze volumes de musique vocale profane et sacrée entre les années 1605 et 1620. Ce corpus compte bon nombre de pièces étonnamment originales, même au regard des standards pourtant expérimentaux de l’époque.

En effet, Giulio San Pietro de’ Negri est de ceux qui, comme le compositeur et théorbiste Bellerofonte Castaldi, ont dû apprécier “l’ombre bienfaisante” de Claudio Monteverdi, auquel sa musique fait immanquablement penser. De’ Negri est une âme fantasque, curieuse, ouverte à la nouveauté et surtout libre de vagabonder à sa guise dans ce Nouveau Monde sonore découvert par le maître vénitien.

Le parcours de notre compositeur entre en résonnance avec celui de contemporains plus connus tels le noble palermitain Sigismondo d’India ou le patricien siennois Claudio Saracini. Ces musiciens issus de la noblesse, ne se trouvant bridés ni par un statut professionnel ni par des règles de composition par trop conventionnelles, inventèrent des procédés musicaux profondément originaux. C’est donc bien à un voyage hors des sentiers battus que cet enregistrement nous invite.

Distribution:

  • Marco Horvat, direction, chant, théorbe, guitare baroque, lira da gamba
  • Olga Pitarch, soprano
  • Brigitte Vinson, mezzo-soprano
  • Jeffrey Thompson, ténor
  • Emmanuel Vistorky, basse
  • Magali Imbert, flûtes et tambourin à cymbalettes
  • Pierre Hamon, flûtes
  • Christine Plubeau, dessus et basse de viole
  • Charles-Édouard Fantin, luth, théorbe, guitare baroque
  • Matthieu Boutineau, clavecin, clavicythérium, lautenwerk

AVEC LE SOUTIEN DE L'ADAMI

Suivez-nous

Région Champagne Ardennethéâtre Louis JouvetDRAC

Lettre d'infos

Translations by Sally Gordon Mark

Design by pierO'n Mu Graphistes · Web by KWC · © 2017 Faenza