Actualités

Mars 2020 : 3 rendez-vous en Région Parisienne

Jeudi 5 mars - 20 h 30 - Paris 7
--
Nous avons enfin le plaisir de vous présenter le disque de notre Délire des lyres avec Marco Horvat et Francisco Mañalich dont la sortie officielle aura lieu le 21 février aux Éditions de l’Hortus.

Chapelle de Jésus l'enfant, 29 rue Las Cases - 75007 Paris.
Métros Invalides, Assemblée Nationale, Solférino, Varenne.

Libre participation aux frais. Réservation conseillée : contact@faenza.fr
Le concert sera suivi d'un verre de l'amitié (baroque) que nous aurons le plaisir de partager avec vous.

Samedi 14 mars - 20 h - Croissy-sur-Seine
--
Le Délire des lyres avec Marco Horvat et Francisco Mañalich
Auditorium Chanorier, 12 rue Grande - 78290 Croissy-sur-Seine
En collaboration avec l'école municipale de musique
Entrée libre

Les nouvelles de février !

Nous avons enfin le plaisir de vous présenter le disque tant attendu de notre Délire des lyres, aux Éditions de l’Hortus dont la sortie officielle aura lieu le 21 février.

Venez nombreux au concert de sortie le jeudi 5 mars à 20 h 30 à la chapelle de Jésus l'enfant, 29 rue Las Cases - 75007 Paris. (Métros Invalides, Assemblée Nationale, Solférino, Varenne)

Libre participation aux frais. Réservations conseillées : contact@faenza.fr
Le concert sera suivi d'un verre de l'amitié (baroque) que nous aurons le plaisir de partager avec vous.

Retrouvez Dassoucy à Toulouse le 24 janvier !

Les Aventures burlesques de Monsieur Dassoucy, à Toulouse le 24 janvier.

Hôtel d'Assézat - 20h30. Entrée libre dans la limite des places disponibles !

2020 : Excellent travail !

 

 
Si l’on lit son millésime comme une fraction, cette nouvelle année semble s’auto-décerner une excellente note, prometteuse, certes, mais délivrée de façon peut-être prématurée, puisque pas une ligne du devoir à rendre pour le 31 décembre 2020 n’est encore écrite. Attendons donc, avant de lui décerner ce satisfecit, qu’elle se montre plus à la hauteur des espoirs suscités que ne le furent ses condisciples, les Années Précédentes, somme toute largement moins bonnes que nous ne les avions appelées de nos vœux.
Si je l’interprète comme une indication horaire, me voilà contraint à commencer l’année avec un doigt sur le nez, ce qui n’est guère pratique – vous en conviendrez – pour se remettre au travail. En effet, ma fille et ses copains de classe ont pris l’habitude, chaque fois que la pendule numérique marque une heure « gémellaire » (11h11, 13h13, 15h15…) de poser leur index sur leur appendice nasal, au grand dam de leur professeur, et quel que soit le sujet abordé en cours. J’ai contracté depuis quelques années cette pernicieuse manie, à laquelle je m’adonne dès que je remarque qu’il 09h09, 17h17 ou, plus dangereusement, 20h20 ou 21h21, heures où se déroulent généralement les concerts de musique baroque…
Avec mes collègues de Faenza, il ne nous encore jamais arrivé de nous livrer à ce rituel sur scène où, fort heureusement, il est peu fréquent que nous ayons l’occasion de regarder l’heure. L’année 2019 en aurait pourtant fourni d’assez nombreuses occasions puisque, rien qu’au sein de Faenza, nous avons affronté plus de 70 fois, entre 20h et 22h, les regards du public. De l’Arsenal de Metz au Château d’Eu en passant par le Théâtre de Valence, du Festival de Hardelot au Festival de Ribeauvillé en passant par celui du Mont-Blanc, de Dubaï à Rome en passant par Timisoara, du Château de Versailles à l’Auditorium de Sainte-Geneviève-des-Bois, de la Péniche Adélaïde voguant sur les canaux du Grand Est à l’Eglise Saint-Thomas-d’Aquin, de l’Aubrac au Charolais, de l’heure de Polichinelle à celle de Charles Dassoucy, je jure qu’aucun spectateur ne peut se vanter de nous avoir surpris, en 2019, le doigt sur le nez.
2020 évoque encore, multipliée par deux, cette merveilleuse « vie 2.0 » que nous présentent complaisamment les médias. Dans cet univers augmenté, nous aurions donc de surcroît, en 2020, l’opportunité de nous dédoubler : 2.0 x 2 ? Est-ce bien souhaitable, compte tenu des dommages que notre manière de vivre – même quand elle reste modeste et frugale – cause aux éco-systèmes et au vu des dangers qu’elle fait peser non seulement sur notre avenir et sur celui de notre descendance, mais aussi sur notre présent même ?
2020, en tous cas, présente à mes yeux un indéniable attrait graphique. Cette succession harmonieuse de deux et de zéros m’évoque deux reptiles fièrement dressés sur leur séant (en admettant qu’ils en aient un) alternant avec deux œufs eux aussi debout, prêts à l’action (en admettant qu’un œuf puisse agir).
 
Les serpents me ramènent, comme au premier janvier 2019, au thème de la nature, celle qui disparaît sous nos yeux dans l’hécatombe du vivant qu’aucune de nos bonnes résolutions de début d’année n’est capable d’endiguer. Alors que disparaissent à un rythme sans cesse accéléré – effarant – les espèces merveilleuses qui ont nourri nos mythologies enfantines (rhinocéros, koalas, orangs-outans, girafes), des animaux plus modestes, moins spectaculaires mais tout aussi nécessaires à l’équilibre de la biosphère, tombent en silence : batraciens, reptiles, vers de terre…
Les œufs sont pour moi, en quelque sorte, des zéros habités. Des nullités grosses de promesses. Des néants pleins d’avenir. Qui exista d’abord, de l’œuf ou… du serpent ? Dans 2020, je vois donc deux œufs, ou peut-être deux fois deux œufs. Une année, en tous cas, placée sous le signe de l’œuf, du zéro, du vide. Et je m’en réjouis. L’année 2019, avec ses dizaines de concerts, ses créations, ses enregistrements, ses tournées en péniche et toute la logistique qui va avec, fut tellement remplie qu’elle nous a laissés… un peu vides. Si 2020 est moins dense, peut-être nous remplira-t-elle ?

Du point de vue purement mécanique, il est facile de comprendre que, nos ressources énergétiques n’étant pas infinies – pas plus que ne le sont celles de notre planète – deux personnes (à savoir un directeur artistique et un administrateur) ne peuvent indéfiniment fournir le travail de quatre. Pour rester sur la symbolique des nombres : 2 x 0 = 0. De gré ou de force, que ce soit au niveau de la vie d’un individu, d’une entreprise ou d’une planète, il faut à un moment envisager de lever le pied.
2020 nous propose donc, de par la forme si particulière de sa déclinaison en chiffres, de multiplier les vides, d’allonger les silences, de laisser faire le temps, et j’ai envie de suivre cette injonction. J’ai envie de me mettre à l’écoute et de laisser naître, au cœur de l’hiver, ce qui ne demandera probablement qu’à éclore aux alentours du printemps, ou même plus tard encore. Je sens poindre, en particulier, un spectacle qui porterait, justement, sur le silence, cette précieuse matière première dont des chercheurs nous disent qu’elle est en voie de disparition dans le monde, et que certaines musiques gardent encore précieusement en leur sein comme des reliques d’un monde où l’on savait encore écouter.
Ecouter, même si l’On n’entend rien dans ce bocage, comme le chante Francisco Mañalich dans l’une des chansons de notre Délire des lyres, programme avec lequel nous commencerons cette année sous forme de joyeuse épiphanie, puisque les Rois Mages des Éditions de l'Hortus nous apporteront l’enregistrement tant attendu de ce programme hors normes où, une fois encore, nous faisons à deux le travail de quatre. Venez donc nous retrouver ce lundi 6 janvier à Ivry-sur-Seine, où nous aurons le plaisir de vous souhaiter de vive voix une excellente année 2020 !
 
Cotignac, le 1er janvier 2020.
 

Charles Dassoucy à l'honneur, entre la France et l'Italie

Nous avons le plaisir de vous anoncer les prochaines dates des Aventures burlesques de Monsieur Dassoucy :

Vous pourrez également voir un extrait de ce programme, enregistré par Radio France dans un effectif réduit, bientôt disponible en ligne !

En attendant la vidéo, le podcast reste accessible sur ce lien.

Un regard passionnant sur notre dernier CD

CD, critique. DASSOUCY : airs (Faenza, Marco Horvat, Hortus). Quel personnage et quel disque ! On ne saluera jamais trop l’ensemble Faenza et les Éditions Hortus d’avoir exhumé, lui donnant vie par le peu qui reste de sa musique, Charles Coypeau d’Assoucy, dit Dassoucy (1605-1677), compositeur, chanteur, poète et écrivain dont l’existence aventureuse est un roman qui invite à le lire, à l’écouter, nous donnant aussi une autre lecture et une autre écoute de ce trop cocoricosé Siècle de Louis XIV à l’image historique compassée...

Nouveau disque : Les Airs à quatre parties du Sieur Dassoucy

Je suis très fier de pouvoir vous annoncer la sortie officielle, aux Éditions Hortus, de notre CD « Les Airs à quatre parties du Sieur Dassoucy ».

Faenza à Dubaï !

Quel plaisir de découvrir ce beau pays, et surtout ces enfants si attentifs et curieux !
Peut-être retrouverons nous sur notre route – dans quelques années – des musiciens accomplis qui auront découvert avec nous, à Dubaï, la musique baroque...

 

"Merci, cher public, sans vous, le spectacle ne pourrait avoir lieu"

Notre tournée de "Polichinelle et Orphée aux Enfers" continue cette semaine avec trois représentations à Valence, après onze représentations à Metz, Eu, Valenciennes et Fourmies. Je voulais dores-et-déjà remercier les JMFrance, qui ont organisé une partie de la tournée, nos artistes, notre technicien et notre administrateur mais aussi et surtout les enfants qui, dans ce spectacle, constituent le quatrième personnage de notre fable.

Polichinelle en vadrouille !

Une belle tournée en perspective !

Polichinelle et Orphée aux Enfers

Avec :
L’ensemble FAENZA – Dir. Marco HORVAT
• Olga Pitarch : chant, épinette, jeu marionnettique
• Marco Horvat : chant, guitare baroque, théorbe
• Nicolas Gousseff : jeu marionnettique, chant

Après moi, le déluge !

Cher Public,
 
Ayant survécu presque intact et la panse bien remplie à l’année 2018, je ne vois pas pourquoi moi – Polichinelle – et ma troupe – Faenza – ne survivrions pas à l’année 2019, à ses crises, à ses destructions, à ses insurrections, à ses invasions, à ses inondations, à ses pollutions, à ses exactions, à ses fluctuations, à ses éjections comme à ses déjections, et même à ses élections.
 
Dans cette optique, permets-moi donc de venir une fois de plus, cher Public, pisser contre le mur de ton attention pour t’annoncer que l’année sera pour nous chaude, très chaude, et même – je l’espère – brûlante (et tant pis pour le réchauffement climatique !).
 

Nous jouons à Paris !

Retouvez Marco et Clélia Horvat dans un magnifique récital père et fille :

Le Baroque expliqué à mon père

dimanche 16 décembre 2018 à 16h

à bord de la Péniche Adélaïde, 46 quai de la Loire, 75019 Paris

réservation conseillée : jauge de 80 places à bord de la péniche
renseignements et réservations : contact@faenza.fr / 06 67 94 52 36
entrée à prix libre

 

Nous avons réussi !

Charles Dassoucy va, grâce à vous, ressusciter dans les meilleurs conditions possibles.

4070€ sur les 4000€ demandés :
un grand merci à nos 73 contributeurs et à tous ceux qui nous ont aidés à communiquer autour de ce beau projet.

Nous finalisons actuellement le montage du disque et nous pouvons vous affirmer qu'il est prometteur.

Faenza à Hazebrouck

 

Chers amis,

Nous avons le plaisir de vous convier au "Festival Faenza", que nous organisons à Hazebrouck, dans la Chapelle de l'Institution Saint-Jacques. Vous pourrez y voir et y entendre deux de nos concerts mis-en-espace, dont le premier, Les Aventures burlesques de M. Dassoucy est une création absolue puisque ces musiques résonneront pour la première fois depuis le XVIIe siècle. Nous nous produirons aux dates et horaires suivants :

Le regard de la grenouille rousse

Octobre, déjà, et je peine à écrire la fameuse newsletter de septembre, de celles qui commencent presque invariablement par « C’est la rentrée ! » et égrènent les formidables activités et propositions de l’ensemble, de l’entreprise, de la boutique, du théâtre qui vous la fait parvenir…

Vous allez bientôt connaitre Charles Dassoucy !

Cet enregistrement des Airs à quatre voix de Charles Dassoucy, tirés miraculeusement de l'oubli grâce à l'identification du manuscrit de l'Arsenal par Frédéric Michel (et à la transcription de Nathalie Berton), est une véritable bénédiction. La musique est merveilleuse, et dévoile du répertoire français tout un pan que nous ignorions, entre Boësset et Lambert.

Polichinelle à Château-Thierry

C'est avec grand plaisir que nous serons au festival Jean de le Fontaine de Château-Thierry, le 29 mai 2018 pour deux représentations de Polichinelle et Orphée au Enfers.

Nous jouerons à l'Espace culturel Raymond Commun (Brasles) pour une scolaire à 14h30, et une représentation tout public à 20h45 

Réservations au 03 23 83 51 14.

Polichinelle dans le Grand Est !

Monseigneur le Public,
 
Me voilà de retour dans le Grand Est pour neuf représentations, dont quatre tout public !

J'aurai le plaisir de vous retrouver :

- à l'Espace Georges Sadoul (Saint-Dié-des-Vosges), le mercredi 11 avril à 15h
- au Centre culturel de Nouzonville, vendredi 13 avril 2018 à 14h et 20h30
- à la MCL de Gerardmer, le vendredi 20 avril à 20h30

Stage de chant baroque

Du 16 au 20 juillet, Olga Pitarch et Marco Horvat animeront un stage de chant baroque, dans un cadre bucolique et familial. Comme chaque année depuis 2015, Danièle Carpentier nous accueillera à La Besace, chambre d’hôtes admirablement située au cœur des Ardennes, et nous préparera, en marge des cours de chant et des séances de musique d’ensemble, de délicieux repas précédés, le soir, des fameux apéritifs-maison concoctés par son mari Daniel !

On se retrouve sur l'Adélaïde ?

Pour renouer avec l’esprit de divertissement et de sociabilité caractéristiques des ruelles du Grand Siècle, Faenza s’est amusé à concevoir un spectacle «à la carte», au sens propre du terme. En se servant d’un jeu de tarots, le public sera amené à composer lui-même une soirée unique que les interprètes découvriront avec lui au fur et à mesure que les onze arcanes – tirées au hasard sur un total de vingt-deux – seront dévoilées.

Faenza vous souhaite une très belle année 2028 !

Fragiles équilibres …


 Comme chaque année, au moment de lancer avec optimisme des vœux de bonheur, de santé, de prospérité, je me sens partagé.

En effet, j’ai beau me forcer, j’ai beau me soigner : je ne suis pas un optimiste.

Accrochez-vous : c'est un peu long…

Un Voyage immobile


J’aime cet oxymore. Je l’avais vu passer dans un article sur les cabinets de curiosité, à l’époque où nous travaillions au spectacle éponyme. Il est revenu dans notre communication autour du Jeu des amants, une soirée interactive où nous faisons voyager des équipes de joueurs sur une carte imaginaire du Royaume d’Amour.

3 concerts conviviaux à bord de la péniche Adélaïde (Paris)

 

Classicagenda : notre "Jeu des amants" au festival de Lanvellec

Chronique
Jeu de l’amour et de Faenza au Festival de Lanvellec
par Juliette Guibert | le 7 novembre 2017

 

Presse : notre "Jeu des amants" au festival de Lanvellec

Festival baroque de Lanvellec : le public se pique au jeu de l’amour, du hasard et de Faenza

Polichinelle et Orphée : d'Avignon à Ambronay

Après avoir triomphé à Avignon, Polichinelle prend la route du Festival d’Ambronay pour une représentation tout public le dimanche 25 septembre à 15h et deux représentations scolaires le lundi 26 septembre. Les prochaines occasions de voir Polichinelle, Orphée et Eurydice dans tous leurs états ne reviendront qu’en février et avril prochains. A vous de voir, donc !

PS : en dernier recours, visionnez le trailer ici

Lettre d'une auditrice à Marcolichinelle ...

Nous nous devions de publier ce droit de réponse de Georgie Durosoir (membre bienfaitrice de l’Association Bélusienne pour la Sauvegarde de la Pratique de l’Air de Cour en Milieu Rural) à la récente harangue de Polichinelle publiée sur notre site.

Faenza est en Avignon du 7 au 29 juillet !

Monseigneur le Public,


Puisque le nouveau Président de la République, l’ancien Président de la République, le nouveau Premier Ministre, l’ancien Premier Ministre, l’Opposition, la Majorité, la Droite, la Gauche, l’Extrême Droite, l’Extrême Gauche, le Système, l’Antisystème, tous les nouveaux, les anciens et les futurs Puissants de l’Univers se sont mis en tête de vous aboyer des discours sur les sujets les plus divers, ne trouvez pas mauvais que moi, Polichinelle, nouveau Directeur Artistique Autoproclamé de l’ensemble Faenza, je vienne pisser contre le mur de votre attention et l’inonder d’un torrent de paroles !

Il n'y a pas que le Festival de Cannes : Polichinelle aussi fait son cinéma !

Les vidéos de Polichinelle et Orphée aux enfers sont en ligne sur notre site, et c'est de la balle !

Teaser et Version longue

Et puis, c'est maintenant officiel : Polichinelle et Orphée aux enfers sera tout le mois de juillet en Avignon !

Polichinelle défie de nouveau les Dieux !

Et voilà que Polichinelle repart sur les routes du Grand Est, de la Marne à la Lorraine.


Fierté de jouer sur cette belle scène nationale de Châlons en Champagne, co-productrice du projet, et émotion de revenir au “Pays des Abbayes” où nous avons reçu tant d’inspiration au contact des collégiens et écoliers qui ont participé à l’aventure de cette création.


C’est en effet avec eux, ainsi qu’avec les élèves de plusieurs établissements du Pays rethélois, que nous avons construit ce spectacle et relevé le défi de réinventer la comédie à écriteaux en vogue dans les années 1710-1730 pour contrer l’interdiction de chanter faite aux comédiens de la Foire.

Faenza sur France Musique

Si vous avez manqué dimanche l'excellente émission de Karine Le Bail "Un air d'histoire" avec Anne-Madeleine Goulet et l'ensemble Faenza, vous pouvez la podcaster ici. Vous y entendrez parler de la passionnante Princesse des Ursins et vous découvrirez des inédits du compositeur romain Ercole Bernabei, que nous comptons bien graver un de ces jours chez agOgique.

Naissance de Polichinelle

Le spectacle "Polichinelle défie les Dieux" vient de voir le jour après un travail acharné. Nous venons d'en donner les cinq premières représentations devant des publics très variés : collégiens, primaires du CP au CM2, adultes, avec à chaque fois un succès ... différent. Jamais le même, en effet, puisque le spectacle dépend avant tout du public, quatrième acteur de notre comédie à écriteaux.

Beaucoup, beaucoup d’activité en ces mois d’hiver...

Concerto madrigalesco...

Nous venons de terminer les répétitions, à l’atelier von Nagel d’un tout nouveau programme de concert : « Concerto madrigalesco de Ercole Bernabei ». Ce faisant, nous découvrons un répertoire aussi époustouflant que méconnu.

Ave Cezary !

La musique ancienne... pour les nuls ?

 
C’est à chaque fois un plaisir de retrouver Cezary Zych qui, contre vents et marées, organise chaque année nombre d’événements musicaux en Pologne (vous savez ? ce petit pays d’Europe où les femmes manifestent actuellement pour que le droit à l’avortement ne leur soit pas retiré ...).

Une nouvelle création des plus savoureuses

C'est avec plaisir que nous avons présenté notre nouvelle création « Les 4 saveurs de l’amour », un apéritif-concert baroque plein d’humour et de musiques rares, en avant première le 11 septembre à l'Abbaye de Moyenmoutier (dans le cadre de la résidence de Faenza au Festival des Abbayes en Lorraine) et le 16 septembre 2016 au Château de Lassay.

Deux nouvelles créations

"L’Anatomie de la mélancolie" :


Un programme anglais inspiré du texte de Robert Burton, « L’Anatomie de la Mélancolie » (1621) que nous créerons au Festival baroque du pays du Mont Blanc le 11 juillet.

Enregistrement du "Délire des lyres"

Cette semaine, c’est le Pays des Abbayes en Lorraine qui nous reçoit dans les Vosges, dans le cadre de la résidence de trois ans entamée cette année avec énormément de plaisir et d’enthousiasme.

Résidence, résidence...

Un beau succès pour cette dernière année de résidence de Faenza à l’université de Reims Champagne-Ardenne.

Le Carnaval - Création de résidence universitaire

Après deux années de résidence de Faenza à l'Université Reims Champagne-Ardenne, celle-ci touche maintenant à sa fin !

Quelques critiques des "Madrigaux et sonates de Giovanni Zamboni"

"L’ensemble instrumental offre à lui seul une variété de timbres rarement réunis : archiluth, guitare baroque, harpe triple, clavecin ainsi qu’une basse de viole. En guise d’intermèdes, des transcriptions de madrigaux voisinent avec des sonates remarquablement interprétées par Marco Horvat à l’archiluth.

Ouvrez, ça nous fera un peu d'air !

Il m’était déjà difficile de formuler des vœux l’année dernière : j’ai encore plus de mal à le faire cette année. 2015 a été douloureuse et, en ce mois de janvier qui commence, je ne pourrais vous offrir qu’un optimisme de surface. J’ai donc envie d’essayer autre chose pour 2016.


Pour être parfaitement honnête dans la formulation de ces vœux, il me semble devoir partir du profond désespoir qui me constitue plus qu’il ne me prend, et de ce constat implacable que l’être humain est bien l’animal le plus nuisible vivant sur cette planète, capable – on le sait – des pires abominations : violence, agressivité, flatterie, fausseté, laideur, inconséquence, rigidité, aveuglement, perversité, mesquinerie ...


La liste est longue, interminable en vérité, et chacun peut y ajouter ses propres cauchemars, mais je suis persuadé que toutes ces tares peuvent se résumer à une seule : la stupidité[1]. Cette étrange qualité propre à l’homme – autant que le rire avec lequel elle n’est pas sans entretenir d’étranges relations – nous l’avons tous en nous, et elle ne dépend ni de notre intelligence ni de notre niveau culturel : c’est ailleurs qu’il faut chercher son origine. Tellement « ailleurs », d’ailleurs, qu’il n’est pas facile de la définir et pourtant, son étude approfondie serait probablement la science qui ferait le plus avancer la compréhension de la nature humaine.
En y réfléchissant comme ça, rapidement, quelques heures avant de me lancer dans une nouvelle année de labeur, de paresse, de joies et de peines, il me semble que ce qui caractérise le mieux cette étonnante composante de l’être humain c’est la fermeture au monde extérieur : qu’il s’agisse de la relation avec les autres ou avec la nature.

Nouvelle création - Le Délire des Lyres

Découvrez notre dernière création 2015, avec Marco Horvat et Francisco Mañalich...

"Le Délire des Lyres", un quatuor à deux rendu possible grâce au talent de nos artistes qui cumulent le statut de chanteurs... et d'instrumentistes (Viole de gambe, guitare baroque, théorbe, lira) !

Il aura finalement réussi, ce Giovanni Zamboni !

Après 250 ans passés dans l'ombre, la musique de Giovanni Zamboni, madrigaliste romain du XVIIIe siècle, résonne maintenant sur notre CD sorti le 13 novembre chez agOgique.

Il a également fait forte impression lors de notre tournée de concerts à Reims, Troyes et Paris, où nous avons eu le plaisir de faire salle comble à chacune des représentations.

Récital solo - Copenhagen Renaissance Music Festival

Récital solo le lundi 16 novembre 2015, dans le cadre du Copenhagen Renaissance Music Festival,

Au programme : « A tempo dell’animo »

Marco Horvat : Chant, théorbe et guitare baroque.

Une rentrée Salon de musique

“Le Salon de musique” est encore à l’honneur cet automne dans la programmation de Faenza

Piochez L’Amoureux, et vous succomberez à ses charmes
Piochez L’Empereur, et vous découvrirez son tragique destin
Piochez Le Monde, et vous assisterez à sa création ...

22 cartes, 22 figures, 11 tirages par représentation, tel est le principe de ces soirées, toutes uniques: pièces instrumentales, chants ou poèmes composent un univers baroque pour chacune des arcanes du tarot des Visconti-Sforza.
 
Faenza, s’inspirant de la convivialité propre aux ruelles du XVIIe siècle, vous convie dans l’intimité de son salon de musique :

  • samedi 19 septembre, 17h au Château du grand jardin de Joinville (52)
  • vendredi 25 septembre à 21h00 au Musée national de la Renaissance, Château d’Ecouen (95) dans le cadre du Festival baroque de Pontoise
  • du 9 au 12 septembre au Théâtre d’Auxerre (89)

Critiques de "Amorosa Fenice" : musiques de Giulio San Pietro de’ Negri par l'ensemble Faenza, chez agOgique (AGO 018, 1 CD, 2014)

     Ce CD propose un itinéraire musical fascinant et inédit et, plus extraordinaire encore, il fait revivre un compositeur aussi intéressant que peu fréquenté par l’univers discographique, grâce à Marco Horvat qui, à la tête de l’ensemble Faenza, retrouve les traces de cette personnalité peu connue du début du XVIIe siècle. La lecture de Marco Horvat et de son ensemble Faenza est excellente : une direction sensible qui ne manque pas de souligner avec « sensualité » le langage d’un compositeur qui ne cesse de nous étonner par ses « trouvailles » musicales. La distribution vocale est parfaite, grâce à des solistes à leur aise dans la virtuosité baroque. Un enregistrement de grand prix, servi par des interprètes d’une grande bravoure qui font briller de mille feux ces musiques extraordinaires.

Franco Bruni, Progress on line, mai 2015

     Une vingtaine de pièces passionantes dévoilent un répertoire inexploré du début du XVIIe siècle, tourné vers les innovations monteverdiennes : il s’agit de l’œuvre de Giulio San Pietro de’ Negri, compositeur et chanteur italien peu connu, révélatrices des clair-obscurs de la monodie accompagnée italienne. Le travail de redécouverte de Marco Horvat, explorateur minutieux des beautés musicales du baroque italien avec son ensemble Faenza, souligne la préciosité du compositeur d’origine génoise mais né à Salento et actif surtout dans le nord de la péninsule. Convainquante et précise est l’interprétation vocale et instrumentale de Faenza, un ensemble particulièrement attentif à la recherche sur les timbres ainsi qu’à des pratiques d’exécution soutenues par une constante recherche musicologique.

Giulia Anna Romana Veneziano, Il Giornale della Musica, février 2015

Juin-juillet 2015 : les "Musiques de l'intimité" à l'honneur

Juin et juillet seront consacrés essentiellement aux « musiques de l’intimité », comme j’aime à les nommer. Chaque fois que ce sera possible, nous tenterons de nous rapprocher du public, de créer avec les personnes présentes une relation qui transforme le concert traditionnel en « soirée » où un véritable échange pourra avoir lieu.
Avec Olga Pitarch – complice de toujours – ou avec Francisco Mañalich – nouveau venu providentiel – nous donnerons de nouvelles versions du « Salon de Musique ». A Saintes, nous explorerons un autre type d’intimité, avec « La Conversation », dialogues entre violes et théorbes. Et, pour commencer, à tout Seigneur tout honneur, nous tiendrons salon ... au Château de Versailles !
  • lundi 1er juin au Château de Versailles : "Airs sérieux" dans le cadre des Fêtes galantes
  • vendredi 12 juin à 19h30, Théâtre de la Madeleine de Troyes à l'Eglise de Moussey : "Le Salon de Musique"
  • samedi 13 juin au Centre Culturel de l'Abbaye d'Auberive : "Le Salon de Musique"
  • vendredi 19 juin à 20h30 à l'Eglise de Vaux-le-Bardoult : "Le Salon de Musique"
  • samedi 20 juin au château de Lassay : "Le Salon de Musique"
  • mercredi 1er juillet au Statenberg Manor, Makole (Slovénie): "Le Salon de Musique"
  • jeudi 2 juillet dans la  Tour du Diable à Soteska (Slovénie): "Le Salon de Musique"
  • samedi 4 juillet à Guitare et Patrimoine (Sedan) : récital
  • dimanche 5 juillet à Guitare et Patrimoine (Sedan) : récital
  • lundi 13 juillet à 22h à l'Abbaye aux Dames de Saintes : "La Conversation"


Lisez l'article sur Classicagenda
Regardez la video réalisée pendant la résidence de Faenza par les étudiants de l'Université de Reims Champagne-Ardenne

Le Bel Air : concerts de Faenza dans le cadre de sa résidence à l'Université de Reims Champagne-Ardenne

Concerts de février

Après une impressionante représentation du Jeu des Amants devant un public composé exclusivement d’amoureux (une initiative du réseau Alumni de l’université de Reims), Faenza sera cette semaine aux Nuits Baroques du Touquet avec :

- samedi 21 à 16h, "Le Chant des Charlatans"
- dimanche 22 à 15h30 "Le Salon de Musique ou Le Baroque à la Carte"

Et encore dans le cadre de la résidence de Faenza à l'Université de Reims Champagne-Ardenne, nous donnerons avec Olga Pitarch un nouveau Jeu des Amants au très beau Musée Saint-Loup de Troyes, le mardi 24 à 15h.
 

Des vœux difficiles à formuler

J’avais prévu ce soir d’envoyer les vœux de Faenza pour la nouvelle année.

Mais peut-on encore souhaiter que l’année soit bonne quand, à deux pas de nos vies, on sème la mort en étant sûr de son bon droit ?

Mais ... peut-on faire autre chose que de souhaiter que le reste de l’année soit... meilleur ?

Autour de moi, on se décourage : quel sens peuvent donc avoir nos activités de musiciens, de chercheurs, d’enseignants, « à côté de cette réalité » ?

Réalité, énorme, omniprésente, planétaire, sans commune mesure avec le microcosme que forme notre communauté de privilégiés parmi les privilégiés.

Et bien moi je dis que heureusement qu’il y a quelque chose à côté de cette réalité.

Tournée des "Charlatans" dans les Ardennes, avec des extraits du "Carnaval" de Lully

Après une série de quatre concerts du « Jeu des Amants » dans le cadre de sa résidence à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, Faenza part en tournée dans les Ardennes françaises et belges avec une nouvelle production « Le Chant des Charlatans ».
 
Ce programme, qui réunit 4 chanteurs et 2 instrumentistes, fera entendre une sélection des meilleurs divertissements imaginés par Molière et mis en musique par Jean-Baptise Lully et Marc-Antoine Charpentier.

Faenza en résidence à l'Université de Reims Champagne-Ardenne : 4 concerts de fin de semestre

Faenza clôturera début décembre, par quatre concerts du « Jeu des Amants » donnés à Reims et à Troyes, le premier des quatre semestres de sa résidence à l’URCA, Université de Reims Champagne-Ardenne.

Le 1er décembre à Troyes, les 3, 4 et 5 décembre à Reims.

Depuis septembre dernier et jusqu’en juillet 2016, Faenza est en résidence artistique à l’UFR de Lettres et Sciences humaines : deux années de collaboration en perspective avec les enseignants et les étudiants de Lettres, d’Histoire et de Musicologie, à Reims et à Troyes. Cinquante heures de cours – théoriques et pratiques – ont été dispensées ce semestre par Marco Horvat en Musicologie, Lettres et Histoire.

Quatre concerts seront donnés à destination des étudiants, avec une ouverture au public dans la limite des places disponibles et sur inscription obligatoire à cette adresse ou en suivant ce lien.

Interprètes
Olga Pitarch : chant
Marco Horvat : chant, théorbe, guitare baroque

La résidence prendra de l’ampleur au semestre suivant avec une nouvelle série de cours et d’ateliers au cours desquels les étudiants seront amenés à participer au concert-cabaret « Le Bel Air », représenté lui aussi à Troyes et à Reims.

Nouvel album de Faenza : Amorosa Fenice (Giulio San Pietro de’ Negri)

« On est très vite frappé par la richesse d’invention de ce compositeur largement inconnu, qui fait de lui l’égal des plus grands parmi ses contemporains. La plupart des airs retenus sont tirés de ses deux volumes connus de Grazie ed affetti (1613-14). Il y a dans toute cette musique quelque chose de vif, de bondissant, de quasi printanier. Et même quand ce n’est pas la joie que respirent ces airs, le frémissement n’en est pas moins présent. La diversité des associations voix / instruments assure une variété constante d’une plage à l’autre de ce disque, dont chaque nouvelle écoute est source de ravissement. »

Laurent Bury, Music-opera.com, 6 Octobre 2014

« L'ensemble Faenza s'impose d'emblée par sa diction précise, sa volubilité, la souplesse vocale, l'équilibre entre voix et accompagnement, son sens du dialogue entre chant et instruments; également par la virtuosité des instruments (flûte...) et, d'une manière générale, son souci de la traduction musicale figuraliste précise des images et des sentiments du texte. »

Édith Weber, L'Education Musicale octobre 2014 

Acheter:

Consulter la page consacrée au programme Amorosa Fenice

Résidence artistique de Faenza à l’Université Champagne-Ardenne

Depuis septembre dernier et jusqu’en juillet 2016 Faenza est en résidence artistique à l’UFR de Lettres et Sciences humaines. Deux années de collaboration en perspective avec les enseignants et les étudiants de Lettres, d’Histoire et de Musicologie, à Reims et à Troyes.

L’objectif est de faire découvrir l’histoire et la culture des XVIIe et XVIIIe siècles aux étudiants selon une pédagogie innovante. La résidence repose sur la notion de patrimoine culturel : il s’agit de faire comprendre le contexte culturel des XVIIe et XVIIIe siècles, et de donner à réfléchir sur les modes de transmission de ce patrimoine aujourd’hui.

La rentrée de Faenza : enregistrement d'un album

Après la création, au printemps dernier, de "L'Académie des Inquiets", Marco Horvat entend bien intensifier la lumière sur cette grande figure oubliée de l'Italie baroque qu'est Giulio San Pietro de' Negri. Ce sera fait dès la mi-septembre avec l'enregistrement de Grazie ed Affetti di Musica Moderna, pour le label agOgique.

"Les Voyages de Bellerofonte" documentaire et chronique

Visionnez le documentaire ici 

Chronique de "Muse Baroque" pour la 26ème édition du Festival de Lanvellec et du Tregor - 

Faenza présente "Grazie ed Affetti di Musica Moderna"

Le 7 avril 2013, à 20:30, en l'Eglise d'Asfeld (08) FAENZA  et le Théâtre Louis Jouvet, théâtre conventionné des Ardennes présentent :

  • Olga Pitarch : chant
  • Chantal Santon : chant
  • Jeffrey Thompson : chant
  • Emmanuel Vistorky : chant
  • Marco Horvat : archiluth, guitare baroque
  • Bruno Helstroffer: théorbe
  • et Christine Plubeau: dessus et basse de viole

Musiques de Giulio San Pietro de’Negri

Le printemps de "Métamorphoses"

FAENZA ET ECOVANAVOCE PRESENTENT METAMORPHOSES

"La musique ancienne au présent", notre devise, prend tout son sens avec le concert "Métamorphoses"

Soyez nombreux à participer à ce "nettoyage de printemps" à la mode de Faenza qui ici "dépoussière" le répertoire ancien de tous ses traits archaïques afin d’en retrouver l’essence et le propos initial : celui de toucher l’auditeur, ici et maintenant. (Voir des vidéos du concert ici.)

 

  • Le 9 avril 2013, 20 : 30, à la Comète de Châlons-en-Champagne

  • Le 12 avril 2013, 20 : 30, au Manège de Givet

  • Le 2 juillet 2013 20 : 30, aux Flâneries Musicales de Reims

L’université de Reims Champagne-Ardenne présente Marco Horvat

Dans le cadre de sa journée d’étude et musicale du 10 décembre 2012

Musique, Littérature et Société au XVIIe siècle

-Normes esthétiques, sociales et musicales-
 
L'université de Reims Champagne Ardenne présente Marco Horvat dans

Le Jeu des Amants

Suivez-nous

Région Grand Est DRAC

Lettre d'infos

Translations by Sally Gordon Mark

Design by pierO'n Mu Graphistes · Web by KWC · © 2017 Faenza